Pilule d’exercice Pourrait Booster la Forme Sans Exercice

Pilule d'exerciceAvis sur l’Exercise Pill. L’étude EA réalisée sur des souris suggère qu’il serait possible de développer une pilule qui pourrait fournir les mêmes avantages que l’exercice. Si une « pilule d’exercice » était disponible dans le futur, cela pourrait sauver la vie à quiconque ayant de graves problèmes physiques handicapants, qui empêchent toute pratique d’exercice.

Une pilule de ce type pourrait également séduire les accros du canapé, les personnes qui passent leur temps derrière un bureau, et les chauffeurs de camion qui parcourent de longues distances, qui ne brûlent pas suffisamment d’énergie durant leur journée de travail, et qui se retrouvent souvent à manger de la malbouffe et des portions très grasses.

Cependant, le fait que quelque chose fonctionne sur les souris ne veut pas dire que ce sera le cas pour les humains, donc quiconque espérant troquer ses longues séances d’entraînement par une pilule à avaler, peut encore attendre longtemps.

Cliquez ici pour voir les pilules de régime les plus efficaces disponibles actuellement 

Pourquoi les Scientifiques Pensent-ils qu’une Pilule d’Exercice Pourrait Être Possible

Pourquoi les Scientifiques Pensent-ils qu’une Pilule d’Exercice Pourrait Être PossibleLa possibilité de l’existence d’une pilule d’exercice a fait l’effet d’une bombe lorsque la revue scientifique Cell Metabolism a publié les résultats d’une étude de huit semaines qui montre qu’un médicament expérimental avait permis à des souris de laboratoire de courir sur un tapis de course pendant 270 minutes.

Cela représentait 70% de plus que les souris qui n’avaient pas reçu le médicament, qui étaient épuisées après 160 minutes de tapis de course.

Bien que les scientifiques étaient principalement intéressés par les effets du médicament sur l’endurance, ils ont découvert qu’il produisait d’autres modifications intéressantes. Les souris qui l’avaient reçu étaient également résistantes au gain de poids. Elles avaient également un meilleur contrôle de leurs niveaux de glycémie, donc les scientifiques pensent que le médicament pourrait également être en mesure d’aider les personnes qui souffrent de diabète.

L’équipe de scientifiques se trouvait au Salk Institute de San Diego, et était dirigée par Ronald Evans, qui déclara qu’ils s’étaient d’abord posés une question : « Si nous comprenons réellement la science, pouvons-nous remplacer l’entraînement par un médicament ? »

Une recherche précédente a montré que le médicament GW501516 était capable d’améliorer l’endurance et d’accélérer le brûlage des graisses, donc c’était un choix évident. Une série de tests, impliquant des souris courant sur un tapis de course, ont révélé que l’administration du médicament modifiait l’activité de plus de 900 gènes.

Beaucoup des gènes qui ont montré une augmentation de leur activité étaient nécessaires pour décomposer et brûler les stocks de graisse corporelle. De nombreux gènes qui ont montré une diminution de leur activité étaient nécessaires pour convertir le sucre en énergie, donc le médicament semble programmer le corps pour obtenir davantage d’énergie à partir de la graisse, et beaucoup moins à partir du sucre.

Une recherche précédente a montré que le médicament GW501516

Les scientifiques pensent que les données qu’ils ont obtenues pourraient expliquer pourquoi les coureurs et autres sportifs « frappent le mur » lorsqu’ils poussent trop et qu’ils trouvent difficile de continuer l’activité physique qui les concerne. Les gens frappent le mur lorsque leurs niveaux de glycémie chutent, mais GW501516 semble avoir la faculté de maintenir les niveaux de glycémie durant des périodes de temps plus longues.

Selon les scientifiques, le fait de frapper le mur dans des sports à endurance est une « démonstration dramatique d’épuisement soudain et complet ». Le médicament agit via des protéines musculaires spéciales appelées PPARD, d’une manière lui permettant « d’augmenter considérablement les capacités de l’endurance ».

Weiwei Fan, l’auteur de l’article, déclare : « L’exercice active les PPARD, mais nous démontrons que vous pouvez faire la même chose sans avoir recours à un entraînement mécanique. Cela signifie que vous pouvez améliorer l’endurance à un niveau équivalent à celui de quelqu’un qui s’entraîne, mais sans avoir à fournir d’effort physique. »

Création et Controverse de GW501516

GW501516 n’est pas un nouveau médicament. Il a été développé dans les années 1990 par GlaxoSmithKline et Ligand Pharmaceuticals. Il était initialement destiné à être un traitement pour les maladies métaboliques et cardiovasculaires, mais il fut écarté lorsque plusieurs études montrèrent que de fortes doses pouvaient provoquer un cancer.

Création et Controverse de GW501516Cependant, et malgré les risques que son utilisation présente, les scientifiques ont continué à trouver que cela valait la peine d’étudier le médicament.

Lorsque des essais réalisés au début du siècle ont révélé ses facultés d’augmentation de l’endurance, il devint populaire sur le marché noir, et certains sportifs qui participaient aux jeux olympiques de Beijing en 2008 furent disqualifiés lorsqu’ils furent testés positifs au médicament. Le GW501516 a été interdit par l’Agence Mondiale Anti-Dopage l’année suivante, car son utilisation fut considérée comme dangereuse.

La pharmacologue de l’Université de Hertfordshire, Louise MacKenzie, a étudié le médicament par le passé et pense qu’il a du potentiel lorsqu’il est administré à faibles doses, mais elle met en avant la dangerosité que pourraient générer de plus fortes doses. « Cela va d’une santé optimale à l’opposé total. Il n’existe pas d’entre-deux », explique MacKenzie.

Le professeur Ali Tavassoli (département de biologie chimique de l’Université de Southampton) émet également des doutes à propos de la viabilité d’une pilule d’exercice. « Il y a une grande différence entre le fait de montrer qu’un organisme puisse imiter l’exercice à court-terme, et le fait de démontrer les effets à long terme de ce processus », déclare Tavassoli. « Quelqu’un qui est obèse ou qui a du diabète pourrait devoir prendre ces pilules pendant 40 ou 50 ans.

Que se passe-t-il lorsque vous prenez un médicament comme ça pendant si longtemps ? Ce sont de grandes questions qui restent sans réponses. Je ne vois pas comment cela pourrait obtenir une approbation réglementaire. »

Cliquez ici pour savoir quelles sont les pilules de régime les plus efficaces disponibles


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *